«CONSTRUIRE DU COMMUN POUR LA MÉTROPOLE DE NANCY»

Introduction:


Le 8 juillet prochain, la Métropole de Nancy se substituera à l’actuel Grand Nancy. Nous savons que la transformation de l’espace en territoire est connoté politiquement. L’organisation territoriale de la future Métropole de Nancy sera donc le reflet des objectifs politiquesqu’elle se donnera.
Il est évident que l’émergence des métropoles définies par les lois NOTRE et MAPTAM s’inscrit dans un processus de calque des collectivités sur les logiques libérales de compétitivité et d’affaiblissement des communes et des départements. Nous constatons par ailleurs que les moyens nouveaux annoncés aux Métropoles par Manuel Valls arrivent au moment où les maires de France protestent unanimement contre la baisse des dotations de l’État.
Comment alors ne pas s’interroger sur ce qu’apportera la Métropole, dès lors que ses objectifs n’ont pas été débattus ou du moins écoutés ? Le projet métropolitain que nous appelons de nos vœux part de ce que peut être créé sur le territoire du Grand Nancy pour répondre aux besoins de nos concitoyens. Nous estimons nécessaire d’avoir une politique de coopération entre les territoires en faveur d’un développement humain durable qui fasse vivre le droit à la ville et à la rurbalité.
Les propositions suivantes se veulent une contribution aux débats de toute la gauche et des citoyens, et seront un support pour nos élus. Elles s’appuient sur la nécessaire implication citoyenne à la constitution de la Métropole, de ce que nous estimons être les besoins d’un projet métropolitain défini à l’horizon 2025, et des engagements de nos élus en 2014.
Pour diriger demain la future métropole, l’exécutif métropolitain intégrera des élus socialistes. Nous qui sommes soucieux de rassembler la gauche, nous estimons qu’il faut partir d’un projet pour réussir le travail en commun avec l’actuelle majorité du Grand Nancy. Attentifs à la déconnexion croissante entre les citoyens et les élus, et désireux par ailleurs de porter à tous les niveaux les axes autour desquels les citoyens nous ont élus au sein des listes de gauche, nous livrons les réflexions suivantes.

Christian POIRSON & Victorien DURIEUX co-secrétaires de section «Grand Nancy» du PCF Bora YILMAZ, secrétaire départemental du PCF 54

La démocratie :


Le pacte de gouvernance de la future métropole résumant les « bonnes pratiques » de la future métropole est en cours de rédaction. Afin de combattre la défiance citoyenne et rendre effectif le droit à la ville, nous pensons nécessaire de mettre en place de « bonnes pratiques » en matière d’implication citoyenne, afin de remplacer à terme l’actuel conseil de développement vers un « parlement métropolitain ».

Il s’agit d’un outil nouveau qui permettrait d’associer les citoyens auprès des centres de décision. Cela pourrait débuter, institutionnellement, par une commission de débat métropolitain, chargée d’organiser, en lien avec les communes et les conseils de quartier des consultations obligatoires sur tous les projets stratégiques ou les grandes options.
A terme, nous pourrions également ajouter à ces débats des budgets participatifs afin de favoriser l’implication populaire.

Les transports:


L’une des caractéristiques d’une métropole est la densité de ses réseaux de transports. À ce titre, nous appelons de nos vœux à faire évoluer profondément les réseaux de transports en commun sur le territoire de la future métropole. C’est ce qu’expriment très majoritairement les centaines de témoignages recueillis à ce sujet durant notre campagne consacrée aux transports.

Cela doit tout d’abord passer par l’amélioration des transports de banlieue à banlieue. Dans un premier temps, cette évolution peut se faire avec le réseau existant, via la densifications des actuelles lignes 10 et 15 du réseau Stan. À plus long terme, comme le propose la FNAUT, nous pouvons réfléchir à un système de liaisons directes avec le territoire proche via l’utilisation de l’étoile ferroviaire de Nancy.
Par ailleurs, nous rappelons l’urgence de la mise en place du tram-train de Champigneulles à Nancy Saint-Georges, et nous proposons d’y ajouter une halte ferroviaire qui permettrait de définir les quartiers Crosne-Vayringe de Nancy, Maxéville et Malzéville, avec correspondance à Saint-Georges pour rejoindre le centre. Cette halte interviendrait de manière complémentaire à la future halte ferroviaire de Vandoeuvre déjà actée. Ce dispositif de transports permettrait enfin d’offrir une alternative sérieuse à la voiture, et et surtout d’opérer une séparation de flux ferroviaire pour les arrivées Nord de l’agglomération qui n’arriveraient plus uniquement par la gare centre saturée.
La desserte de la métropole par des grandes lignes est important pour son développement, en ce sens toutes initiatives devront être prise pour réactiver les dossiers de la gare de Vandières et celui de l’ouverture de la métropole vers le sud par l’électrification de la ligne Épinal-Belfort.

Les transports doux doivent également être développés. Nous estimons nécessaire de développer et de rendre cohérentes les pistes cyclables, et de rendre cohérent l’accès au système du Vélostan sur tout le territoire de la future métropole.
La conteneurisation par la voie d’eau et que le transport combiné doivent être encore développés.

Les services publics:


Les services publics constituent un atout indispensable pour l’attractivité d’un territoire, c’est pourquoi ils doivent être maintenus, améliorés et développés. Nous constatons que la fin des contrats de délégation interviendront à partir du moment où la future métropole aura vu le jour. Nous estimons que le terme des concessions devra permettre de les évaluer et de réfléchir à l’opportunité et à la faisabilité de retours en régie publique.

Économie et numérique :


Pour agir en faveur du maintien de l’emploi industriel et productif, il faut mobiliser les ressources publiques en faveur de l’emploi et du crédit ; un crédit d’autant plus incitatif qu’il favoriserait la création d’emplois, la formation des personnels et l’investissement productif ; il faut utiliser les leviers disponibles pour agir en ce sens, notamment la Caisse Des Dépôts et la Banque Publique d’Investissement. Toujours en agissant en faveur d’une plus grande conditionnalité des aides.
D’autre part, une métropole qui veut répondre aux besoins de la population en matière d’emploi devra promouvoir sur son territoire la Responsabilité Sociale des Entreprises mais aussi l’anticipation des mutations économiques et le dialogue social territorial. Elle devra veiller à la mise en place localement de rapports équilibrés entre donneurs d’ordre et sous-traitants.

La prospective démographique indique une progression croissante des seniors à compter de2020 dans la Métropole. Sans attendre, nous proposons d’agir en faveur du développement des métiers d’aide à la personne et du développement de maisons d’accueil fonctionnelles et médicalisées. Nous estimons urgent d’agir contre la fracture numérique en équipant l’intégralité du territoire métropolitain en fibre optique.

En Matière numérique:


Nous sommes conscients que le numérique est un enjeu d’avenir, vecteur de création d’emplois et de lien social. Nous estimons urgent, dans un premier temps, de résoudre la fracture numérique en équipant l’intégralité du territoire métropolitain en fibre optique. D’autre part, nous pensons que la Métropole peut agir (à travers la mise à disposition de locaux, par exemple) en faveur des fab labs, en ayant le souci de leur ancrage dans le tissu social (à l’image du GraouLab à Metz). Au-delà de ses atouts naturels, elle devrait avoir le souci de se positionner comme une métropole de l’économie numérique solidaire, vectrice d’échange des pratiques locales, des ressources, et qui tourne le dos à l’économie collaborative prédatrice, captée par des plate-formes (type Uber) avides de richesses, et qui transforment les collaborateurs en travailleurs indépendants pauvres.

L’ensemble de ces réflexions devrait guider l’intervention de la Métropole pour élaborer le SRDEII (Schéma Régional de Développement Economique d'Innovation et d'Internationalisation). 

Écologie et agriculture urbaine:


Tant en termes de superficie qu’en population, la Métropole de Nancy sera une des plus petites métropoles de France, au contact immédiat du monde agricole. Nous pensons opportun de transformer cette apparente faiblesse en atout et en vecteur d’exemplarité écologique. Cela peut prendre la forme d’une entente avec les exploitations agricoles du territoire en vue de produire localement tout ce qui peut être consommé sur place, en privilégiant les circuits courts pour l’alimentation de la Métropole. Cela peut également passer par le soutien à l’agriculture urbaine, pour laquelle le Conseil Départemental a mené des études sur Nancy.

Pour cela, la définition d’un PLUI écologiquement responsable est indispensable (Plaines de Meurthe, trame verte et bleue ont déjà été étudiées, le maintien des surfaces agricoles est une urgence). D’autre part, la Métropole doit agit en collaboration avec les acteurs et réseaux déjà existants, comme l’association Racine Carrée, ou le réseau JASSUR, auquel participe le Grand Nancy et qui fait l’objet d’études de l’INRA. C’est un vecteur de visibilité et de coopération avec d’autres métropoles dans le sens de la souveraineté alimentaire.

Enfin, notre préoccupation de l’écologie urbaine intègre le bâti. En privilégiant la rénovation du bâti existant et l’économie d’énergie (via le recours à la végétalisation par exemple). En mobilisant toutes les ressources (via l’aide à la pierre qui est déjà une compétence déléguée au Grand Nancy), pour agir en faveur de la transition écologique.

Nous invitons à ne pas en rester là.


Ce travail se veut la contribution des communistes à la construction métropolitaine. Une gouvernance avant tout préoccupée de l’implication populaire, un système de transports rénové et plus efficace, l’accent mis sur la préservation de l’emploi et le développement de l’économie circulaire et la transition énergétique nous semblent des objectifs pouvant être largement partagés. Nous savons que l’attachement au vivre-ensemble, à la solidarité et à la coexistence entre l’urbain et le rural sont des valeurs fortes auxquelles sont attachés les Grand Nancéiens et les Meurthe-et-Mosellans. C’est ce qui nous pousse à proposer ces quelques pistes pour une Métropole de Nancy utile au plus grand nombre. À la suite de ces quelques propositions, nous appelons à l’intervention populaire et démocratique et au travail commun des forces politiques de gauche pour proposer une vision solidaire et commune de la métropole.

Nous affirmons notre disponibilité pour participer à toutes les initiatives publiques qui mettront ces débats à l’ordre du jour.

Nous contacter:

Christian POIRSON et Victorien DURIEUX co-secrétaires de la section «Grand Nancy» du PCF: pcf.nancy@laposte.net, 06 30 44 84 66 et 06 16 39 69 33

Bora YILMAZ secrétaire départemental du Parti Communiste Français de Meurthe-et-Moselle :
06 81 29 15 88

Aucun commentaire: